Assurance-vie : les avantages de l’avance par rapport au prêt bancaire

Face à la hausse des taux d’intérêts et aux difficultés pour obtenir un prêt bancaire, réaliser une avance sur son contrat d’assurance-vie est peut-être une solution mieux adaptée pour financer vos projets.

Une avance, comment ça marche ?

Le souscripteur d’un contrat d’assurance-vie a la possibilité de demander une avance sur son contrat. Concrètement, l’assureur vous prête des fonds, mais dans la limite de la valeur de votre contrat (jusqu’à 60 à 80 % maximum, selon les assureurs et la nature des supports d’investissement). L’avance vous permet de percevoir des liquidités. Mais, à la différence du rachat, l’avance ne réduit pas la valeur de votre contrat, ni son allocation d’actifs : les fonds continuent ainsi à produire « normalement » des intérêts.
Toutefois, qui dit prêt, dit remboursement : l’avance peut être remboursée à tout moment ou au terme convenu. L’avance génère aussi des intérêts généralement payés à terme, lors du remboursement de l’avance. Notez que la demande d’avance se fait par un formulaire spécifique fourni par l’assureur.

Une alternative aux emprunts immobiliers et aux crédits à la consommation 

L’avance peut se révéler être un remède face aux difficultés actuelles liées aux emprunts bancaires. D’abord, les taux d’intérêts d’une avance sont désormais moins élevés. Le taux minimum à payer correspond, soit au TME (taux moyen des emprunts d’Etat) calculé sur les six derniers mois, soit aux taux du fonds euros du contrat, auquel l’assureur ajoute une marge correspondant à sa rémunération normale.
Les conditions d’octroi d’une avance ne sont pas celles d’un emprunt. Ainsi, les banques peuvent être plus ou moins réticentes pour prêter selon l’âge de l’emprunteur. Ce critère ne joue pas lorsque l’on sollicite une avance. Puisqu’avec une avance, il n’est pas nécessaire de souscrire une assurance-décès, ce qui réduit le coût global de ce prêt.

En présence d’un emprunt, l’établissement prêteur peut demander des garanties et en particulier le nantissement de votre contrat d’assurance-vie : celui-ci serait alors bloqué tant que les sommes prêtées ne sont pas remboursées. En passant par une avance, on échappe à cette contrainte, dans la mesure où l’encours du contrat reste supérieur à 60 ou 80 % de l’avance.
Enfin, les sommes placées sur le contrat d’assurance-vie continuant de fructifier, cela contribue indirectement à limiter le coût final de l’avance.

Une alternative au rachat de son contrat d’assurance-vie 

Pour répondre à un besoin ponctuel de trésorerie, pour financer des travaux ou encore pour réaliser un apport pour un achat immobilier, le rachat partiel d’un contrat d’assurance-vie n’est pas toujours la solution optimale.
Par exemple, si vous réalisez un rachat juste avant vos 70 ans, vous perdez sur ce rachat les avantages fiscaux de l’assurance-vie en cas de décès (abattement de 152 500 € par bénéficiaires pour les primes versées avant 70 ans). Si par la suite vous replacez des sommes sur votre contrat après vos 70 ans, ce versement bénéficiera d’une fiscalité moins avantageuse. Ce ne sera pas le cas si vous remboursez après vos 70 ans : les fonds n’ont pas été pas retirés du contrat et ont bien été placés avant 70 ans.
De plus, lors d’un nouveau versement, vous supportez d’éventuels frais d’entrée (ce qui n’est pas le cas lors du remboursement de l’avance).

Les atouts fiscaux de l’avance 

Enfin, autre avantage de l’avance : sa fiscalité ou plutôt… l’absence de fiscalité. Contrairement aux rachats, les avances ne sont pas taxables : ni à l’impôt sur le revenu, ni aux prélèvements sociaux.
Au contraire, il est parfois possible de déduire les intérêts payés au titre de cette avance, lorsque certaines conditions sont remplies. Ainsi, lorsqu’une avance a pour objet de financer les travaux d’entretien ou de réparation d’un bien locatif, les intérêts sont déductibles de vos revenus fonciers. Pour l’IFI, si l’avance est destinée à financer un bien immobilier, le montant de l’avance constitue potentiellement une dette déductible au sens de l’IFI.

N’hésitez pas à nous contacter afin de vérifier ensemble si l’avance est la solution adaptée pour financer vos projets. 

Cordialement, l’équipe d’AIC Patrimoine.

Rappelez-moi !
+
Rappelez-moi !
sem, ut quis risus Lorem Praesent at Donec felis