Plus que jamais, il est temps de diversifier votre épargne ! 

Plus que jamais, il est temps de diversifier votre épargne !

Plusieurs livrets d’épargne réglementée ont vu leur taux de rémunération augmenter depuis ce 1er février. Même si cette hausse est bienvenue pour votre épargne de précaution, ce n’est pas pour autant qu’il faut tout miser sur ces livrets pour placer vos économies !

 

 

#1 La hausse des taux de l’épargne réglementée

Certains livrets d’épargne sont dits « règlementés »; cela veut dire que leurs conditions et modalités de fonctionnement sont fixées par les Pouvoirs publics. Les taux de rémunération appliqués à ces livrets d’épargne réglementée ont été augmentés au 1er février 2022.

Le livret A et le livret développement durable et solidaire (LDDS) ont vu leur taux de rémunération progresser de 0.5 % à 1 %. Le taux du livret d’épargne populaire (LEP) est quant à lui passé de 1 % à 2,2 %. Enfin les taux du compte épargne logement (CEL) et du livret d’épargne entreprise (LEE) sont remontés de 0,25 % à 0,75 %. Le taux du livret jeune reste librement fixé par les banques et ne peut être inférieur à celui du livret A. Sa rémunération minimale est donc dorénavant de 1 %, contre 0.5 % jusqu’au 31 janvier 2022.

Les intérêts du livret A, du LDDS, du livret jeune et du LEP sont en outre exempts d’impôt. Autrement dit, ils ne subissent ni impôt sur le revenu, ni prélèvements sociaux. En revanche, les intérêts des CEL et LEE sont imposables au prélèvement forfaitaire unique au taux de 12,8 % (ou sur option au barème de l’impôt sur le revenu) et aux prélèvements sociaux (au taux de 17,2 %). Notez que les intérêts des CEL ouverts avant 2018 et des LEE ouverts avant 2014 restent exonérés d’impôt sur le revenu (mais pas des prélèvements sociaux).

 

 

#2 Diversifier vos placements

Les livrets d’épargne sont adaptés à ce qu’on appelle l’« épargne de précaution ». L’épargne de précaution correspond aux sommes que vous placez provisoirement sur des supports disponibles et sécurisés. Il est recommandé d’avoir quelques mois de salaires nets en épargne de précaution. En effet, c’est grâce à elle que vous pourrez faire face à des dépenses imprévues ou ponctuelles.

Néanmoins, il y a deux « limites » à conserver son épargne sur des livrets :

  • Tout d’abord, les livrets d’épargne règlementés sont plafonnés: au-delà d’un certain montant vous ne pourrez plus verser. Par exemple vous ne pouvez verser que 22 950 € sur un livret A ou encore jusqu’à 12 000 € sur un LDDS.
  • Ensuite, au-delà de ce « matelas » que représente votre épargne de précaution, il est recommandé d’investir vos capitaux sur des supports mieux adaptés à des durées de « moyen » ou « long » terme, en fonction de votre situation et de vos objectifs.

Vous pouvez ainsi placer votre argent sur un horizon plus lointain en sélectionnant, par exemple, l’assurance-vie ou l’épargne retraite.

 

 

#3 La diversification au sein même d’un contrat d’assurance-vie

La hausse des taux des livrets d’épargne rend encore plus nécessaire la diversification en unités de compte au sein de votre contrat d’assurance-vie, par comparaison aux fonds en euros sécuritaires.

Les unités de compte sont des supports financiers regroupant notamment les actions, et les produits d’épargne collectifs investis en valeurs mobilières ou immobilières plus ou moins dynamiques, disponibles au sein des contrats d’assurance-vie multi-supports.

En effet, les rendements des fonds euros inclus dans les contrats ont régulièrement diminués ces dernières années. En 2021, ils ne sont en moyenneque très légèrement supérieurs à 1 %. Si vous souhaitez que votre épargne vous rapporte davantage, il est désormais indispensable d’investir sur des supports en unités de comptes.

Certes, ce type de supports présente une perte de risque en capital. Toutefois, il en existe une multitude et en fonction de votre horizon de placement et de votre profil de risques, vous pourrez forcément trouver chaussure à votre pied.

Vous souhaitez donner du sens à votre épargne? C’est possible en investissant sur des portefeuilles de valeurs mobilières labellisés « investissement socialement responsable », qui sélectionnent des entreprises qui ont pris des engagements en matière de développement durable, et qui respectent donc certains critères environnementaux, sociaux, et de gouvernance.

 

 

#4 L’avantage de l’assurance-vie en cas de décès

Placer vos économies au sein d’un contrat d’assurance-vie vous permet d’anticiper et d’optimiser la transmission de ces capitaux. Contrairement aux livrets d’épargne classique qui ne présentent que peu d’avantage en termes de transmission.

1er avantage : Désigner qui vous voulez comme bénéficiaire !

Lors de la souscription, ou ultérieurement si vous souhaitez la modifier, vous désignez par la clause bénéficiaire de votre contrat la personne qui recevra les capitaux, en cas de décès. Vous pouvez ainsi transmettre de l’argent à la personne de votre choix, à l’inverse des liquidités placées sur des livrets d’épargne. Vos livrets intègrent en effet votre succession et sont donc transmis à vos héritiers.

2ème avantage : Transmettre à moindre coût !

Les sommes transmises dans le cadre de l’assurance-vie échappent (en tout ou partie) aux droits de succession, à l’inverse de votre épargne placée sur des livrets.

Le traitement fiscal des sommes transmises dépend de la date de souscription de votre contrat et de votre âge au moment des versements. Evidemment, votre conjoint ou partenaire de PACS n’est jamais soumis aux droits de succession.

Pour tous les autres bénéficiaires, si par exemple vous souscrivez aujourd’hui un contrat d’assurance-vie alors que vous êtes âgé(e) de 50 ans, alors les sommes versées ainsi que les intérêts qu’elles auront générés d’ici votre décès seront exonérées de taxation jusqu’à 152 500 € par bénéficiaire. Autrement dit, si vous avez par exemple 3 enfants, vous pouvez leur transmettre jusqu’à 457 500 € sans fiscalité successorale.

L’avantage pour transmettre est plus limité si vous versez vos primes après 70 ans, mais il n’est pas nul !

Malgré la hausse des taux des livrets d’épargne, l’assurance-vie conserve à l’évidence ses nombreux avantages. Néanmoins, une diversification est nécessaire pour maintenir une rémunération performante. Quant à sa fiscalité favorable en cas de décès : cet atout est toujours intact !

 

 

Bien entendu, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner. N’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous afin que nous puissions échanger concernant votre situation personnelle. Dans les cabinets de Pau, Rennes, Anglet et Paris. 

Rappelez-moi !
+
Rappelez-moi !
vel, fringilla risus elementum Aliquam pulvinar in quis felis