Retraite progressive : les bienfaits de la réforme des retraites

La réforme des retraites est entrée en vigueur au 1er septembre dernier et avec elle, son lot de mesures. Jusqu’alors réservé à certaines professions, le dispositif de la retraite progressive est désormais accessible à l’ensemble des travailleurs.

 

Comment fonctionne la retraite progressive ? 

Le dispositif de retraite progressive vous permet, lorsque vous êtes proche de l’âge de la retraite, de percevoir une partie de votre pension de retraite tout en continuant à exercer une activité professionnelle réduite. Elle peut s’avérer particulièrement avantageuse, notamment pour le calcul de vos pensions de retraite, car en poursuivant votre activité, vous cotisez pour améliorer le montant définitif de celles-ci.

Dans les faits, vous pouvez accéder à la retraite progressive si :

  • vous êtes à moins de 2 ans de l’âge légal de départ à la retraite ;

Si vous êtes né après 1968, vous pouvez prétendre à la retraite progressive à partir de vos 62 ans. Avant la réforme, et le relèvement progressif de l’âge légal de départ en retraite, vous pouviez y prétendre dès vos 60 ans.

  • vous avez validé au moins 150 trimestres ;
  • si vous êtes salarié, vous devez exercer une (ou plusieurs) activité(s) à temps partiel dont la durée est comprise entre 40 % et 80 % de la durée de travail à temps complet ;
  • si vous êtes indépendant, vous devez uniquement exercer une activité professionnelle non-salariée et constater une baisse de vos revenus comprise entre 20 % et 60 %, caractérisant la baisse de votre temps de travail.

Au cours de ces années, pendant lesquelles vous poursuivez une activité professionnelle, une partie de votre pension de retraite vous est versée. Elle correspond à la différence entre votre pension de retraite entière et la durée de travail non réalisée. Prenons un exemple chiffré :

Au jour de votre demande pour bénéficier du dispositif, votre pension de retraite est estimée à 1 500 € par mois. Lors de votre retraite progressive, vous réduisez votre temps de travail de 35 h à 26 h par semaine, soit une baisse de votre activité de 26 % (= 100 % – 26 h / 35 h). Ainsi, vous percevrez 26 % de votre pension de retraite entière, soit 390 € par mois, auxquels s’ajouteront vos rémunérations professionnelles à temps partiel.

 

Quels sont les apports de la réforme des retraites de 2023 ?

  • Ouverture du dispositif à tous

L’avancée principale de la réforme des retraites est la possibilité pour l’ensemble des professions de bénéficier de ce dispositif. Désormais, les salariés, dont ceux des régimes spéciaux (EDF, SNCF, RATP, Banque de France, etc.), les indépendants, artisans, commerçants, exploitants agricoles, ainsi que les mandataires sociaux, professionnels libéraux (médecins, avocates, notaires, architectes, etc.) et enfin les fonctionnaires peuvent en faire la demande.

  • Assouplissements pour les salariés

La réforme des retraites a aussi fait évoluer la flexibilité du temps de travail pour les salariés. Auparavant, le minimum d’heures par semaine était fixé à 24 heures pour un temps partiel. Depuis le 1er septembre 2023, et avec l’accord de votre employeur, vous pouvez désormais passer sous ce seuil.

Comme vous devez passer à temps partiel (entre 40 % et 80 % du temps complet), si vous travaillez actuellement 35 heures par semaine, vous pouvez passer sur un temps de travail compris entre 14 heures (40 %) et 28 heures (80 %) par semaine (contre 24 à 28 heures auparavant).

Cette nouveauté s’applique aussi aux assurés déjà bénéficiaires d’une retraite progressive avant le 1er septembre 2023.

Autre avancée en faveur des salariés, votre employeur ne peut désormais refuser votre demande de temps partiel que lorsque la durée de travail souhaitée est incompatible avec l’activité économique de l’entreprise. Ce dernier a alors 2 mois à la suite de votre demande, pour vous adresser son refus motivé. À défaut de réponse, son accord est réputé acquis.

Cette nouvelle règle ne s’applique qu’aux demandes présentées à partir du 1er septembre 2023.

Enfin, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2024 assouplit les formalités liées à la demande du dispositif. En supprimant la condition d’obtention de l’âge requis pour effectuer la demande de retraite progressive à l’employeur, la loi permet aux salariés de bénéficier d’une retraite progressive dès l’obtention des conditions.

Jusqu’à présent, vous ne pouviez formuler votre demande de retraite progressive à votre employeur que si vous aviez atteint l’âge requis. Aussi, vous ne pouviez présenter votre demande auprès de votre caisse de retraite que si vous étiez déjà muni d’un contrat de temps partiel ou de temps réduit. Ainsi, en pratique, vous ne bénéficiiez d’une retraite progressive que quelques semaines ou mois après l’obtention des conditions.

 

Quelles différences avec le cumul emploi-retraite ?

Il existe un autre dispositif permettant de cumuler vos revenus d’activité avec votre pension de retraite : le cumul emploi-retraite.

Ce dispositif vous permet de reprendre ou de continuer une activité professionnelle tout en percevant votre pension de retraite : c’est donc cumuler un salaire et une retraite. À la différence de la retraite progressive, vous continuez à exercer votre activité à temps complet.

N’hésitez pas à nous contacter pour anticiper votre départ à la retraite. Nous sommes à votre disposition pour vous accompagner.

 

Cordialement,

L’équipe d’AIC Patrimoine

 

Rappelez-moi !
+
Rappelez-moi !
ipsum id dictum libero. Nullam dolor eleifend Curabitur